• ...


     

    ...

    ...

    Prologue | Chapitre 1Chapitre 2Chapitre 3 | Chapitre 4 Chapitre 5Chapitre 6Chapitre 7Chapitre 8Chapitre 9 | Chapitre 1o |

     Chapitre 11 | Chapitre 12Chapitre 13Chapitre 14Chapitre 15Chapitre 16Chapitre 17Chapitre 18Chapitre 19 | Chapitre 2o |

    Chapitre 21 | Chapitre 22Chapitre 23Chapitre 24Chapitre 25Chapitre 26Chapitre 27Chapitre 28Chapitre 29Chapitre 3o |

    Épilogue [Partie 1] | Épilogue [Partie 2]Épilogue [Partie 3]Épilogue [Partie 4]Bonus ! |


    MERCI !

     

     


     

    Vous pouvez retrouver toutes mes histoires sur mon portail !

    ꔣᨐ Retrouvez-moi sur Instagram et Facebook ! ᨐꔣ


     

    Prologue en ligne le 30/08/19 et le chapitre 1 à partir du lundi 02/09/19 ! 

    Publications tous les lundi, mercredi et vendredi à 12h00 !  

     


     

    ...

    Petite mise en garde :

    - Certains passages de cette histoire utilisent des mots, du langage ou des descriptions d'événements qui peuvent être considérés comme vulgaires ou offensants par certains lecteurs.

    - Certains chapitres peuvent contenir des images dont certaines peuvent être considérées comme offensantes par certains lecteurs.

    Lesdits passages ne seront pas mentionnés. Pour la simple et bonne raison que l'histoire en est truffée.

    Les images pouvant être choquantes seront par contre toujours sous liens, avec un aperçu plus censuré ! Les passages vulgaires ou à caractères sexuels sont vraiment intégrés à l'histoire !

    Je pense avoir assez placé de mise en garde. 

    Je suis responsable de ce que j'écris, mais vous êtes responsable de ce que vous lisez !

    Bonne lecture. ♥


     

    Pin It

    votre commentaire

  • Partir une heure, un jour, une semaine, un mois, un an, c’était la vie que j’avais choisie. Après la mort de nos parents, j’ai pris un baluchon et j’ai voyagé, laissant derrière moi un frère et une grand-mère. J’envoyais des cartes de tous les endroits importants que je visitais et je me débrouillais pour faire des petits boulots afin d’avoir assez d’argent pour continuer mes découvertes plus longtemps.

    Il paraît que les voyages forment la personnalité, c’est plutôt vrai, j’ai gagné en maturité, en caractère et je ne me laisse plus marcher sur les pieds par personne. 

    De mes excursions, j’en retiens beaucoup de souvenirs, beaucoup de rencontres, beaucoup d’amour et beaucoup de chagrins aussi. Mais aujourd’hui, après un peu plus de deux ans et demi à partir de villages en villages, je dois renter auprès de ma grand-mère et retrouver mon frère qui a disparu depuis trois mois.

    Pourquoi a-t-il disparu ? Que lui est-il arrivé ? Est-ce que je vais le retrouver ? Autant de questions se bousculent dans ma tête et pour le moment aucune réponse, mais je suis prête à remuer ciel et terre pour les avoir. Et rien ne se mettra en travers de mon chemin, enfin presque...

    Prologue


     

    Pin It

    12 commentaires
  •  


    Vendredi 25 Janvier

    Il m’aura fallu deux changements d’avions et près de 15h de vols pour revenir à San Myshuno, mais j’y suis enfin. Je suis épuisée et le changement de fuseau horaire n’arrange pas les choses. La nuit est tombée, il fait froid et je grelotte dans mon manteau rouge. 

    Nana ignore que je rentre enfin, elle va être grandement surprise, je pense, il me tarde de la revoir. Je saute dans un taxi et indique l’adresse de ma destination au chauffeur. Les embouteillages de la ville ne m’ont pas du tout manqués, mais je vais devoir m’y faire. 

    J’arrive enfin devant l’immeuble qui va devenir mon petit nid douillet pour les prochains temps. Je marque un temps d’arrêt et regarde autour de moi, la neige commence doucement à tomber et j’ai la désagréable impression d’être observée. Je secoue la tête, il faut que j’arrête de lire des livres à suspens. 

    Je rentre enfin au chaud et commence à monter les escaliers avec mon seul bagage depuis mon grand départ. Appartement 3B, c’est le terminus.

    Chapitre 1

    Au premier, le son d’une télé est à fond et ça doit être insupportable pour son voisin de palier, au second, de la musique sort doucement d’une des portes et enfin au troisième, c’est le silence. Je toque doucement. Ma grand-mère ouvre la porte et un large sourire s’étire sur son visage.

    - Nana !!!

    - Ma Lilie ! Mais que fais-tu là ? Quand es-tu rentrée ? Je suis si heureuse de te retrouver ma petite chérie.

    - Je suis contente de te retrouver aussi, je viens juste d’arriver.

    - Allez ! Entre vite ! 

    Je la suis dans son modeste appartement, une cuisine verdâtre, une minuscule table carrée et un petit salon cosy. J’aime l’ambiance qui y règne, je me sens déjà comme chez moi. Je pose mon sac à côté de l’entrée.

    - Tu es rentrée pour Shane ?

    Chapitre 1

    J’acquiesce doucement de la tête. Son regard se voile de tristesse, je sais que si je ne change pas de sujet tout de suite, on va toutes les deux fondre en larmes et je déteste ça.

    - Il se fait tard Nana, j’aimerais aller me coucher.

    - Bien évidemment, mais tu sais, mon appartement n’est pas grand, je n’ai que la chambre de ton frère à disposition…

    - Parfait ! Merci Nana ! Bonne nuit. Je t’aime !

    Je prends mon sac et m’exile dans la petite chambre adjacente au salon cosy. Une chambre de mec, déco geek, pas de doute mon frangin a bien créché ici. 

    - Mais où es-tu passé Shane ?

    Je me le demande. Je m’allonge sur le lit pour réfléchir, mais je suis vite rattrapée par la fatigue et je m’endors en un instant. 

    Chapitre 1

     

    Samedi 26 Janvier

    Le soleil hivernal éclaire à peine la chambre alors qu’à en croire le réveil, il est 13h. J’ai dormi comme une marmotte, être dans un lit confortable et en sécurité ça n’a pas de prix ! Je saute sur mes deux pieds et sors pour aller me doucher. L’appartement est silencieux, mais je n’y prête pas plus attention.

    Un petit mot est posé sur la table « Je suis partie rejoindre des amis pour une partie de bridge, ne m’attends pas, les clefs sont dans l’entrée. Je t’aime. Nana ». Comment fait-elle pour avoir autant la bougeotte ? J’aimerais être comme ma grand-mère plus tard. Je me fais un sandwich vite fait avant de descendre dans la rue.

    Je fais le tour du quartier, mais je rentre vite avant de mourir de froid, je suis glacée de la tête aux pieds. La porte se referme juste derrière moi quand une fille dévale les escaliers à toute vitesse.

    - Bonjour ! Tu cherches quelque chose ?

    - Salut ! Je suis Jaëlie, je viens d’arriver, je vis chez ma grand-mère au 3B.

    - Oh ! Tu es la petite fille de Rosie ! Quelle adorable petite femme ! Enchantée, je suis Arizona, mais tu peux m’appeler Ari ! Désolée, je suis en retard, mais passe au 2B quand tu veux ! 

    On se fait un petit signe de la main pour se dire au revoir et je continue de monter les escaliers.

    Chapitre 1

     

    Mercredi 30 Janvier

    Après quatre jours à parcourir les quartiers voisins et poser des questions aux personnes que je croise, j’ai été cordialement invité par Ari à venir chez elle. Je descends donc une fois que je suis prête. 

    - Jaëlie, contente de pouvoir enfin passer un moment avec toi !

    - Moi aussi !

    - Je suis certaine que nous avons plein de choses à nous raconter ! 

    J’entre dans son petit appartement girly et moderne, tout l’inverse de chez ma grand-mère en somme. 

    - Je suis désolée, je ne te propose pas d’alcool, je n’en bois pas, ce n’est absolument pas recommandé pour garder un corps et un esprit sain !

    - Pas de soucis, je ne suis pas difficile !

    - Alors qu’est-ce qui t’amène chez nous ?

    Chapitre 1

    - Je suis à la recherche de mon frère, Shane, tu l’as peut-être vu, il passait parfois son temps ici.

    - Non, je pense que je me souviendrais si j’avais croisé un rouquin aux yeux bicolores ! Même si c’est certainement toi qui m’aurais le plus marqué ! 

    Moi ? Elle rougit timidement. Oh ! Je lui souris en retour, mais j’ai clairement l’air plus gêné qu’autre chose. Je me racle la gorge, ça sonne à sa porte.

    - Ah, j’ai invité deux amis, tu verras, ils sont vraiment cools ! 

    Je souris largement et elle laisse entrer un brun aux taches de rousseur et une grande perche aux cheveux noirs à la peau décolorée par endroits. Ce sont deux bombes visuelles, je suis certaine que ma mâchoire est restée ouverte. 

    - Jaëlie, je te présente Xélina et Argawaen !

    - Salut ! Vous pouvez m’appeler JJ ! 

    Chapitre 1

    Ils me saluent et la petite soirée commence. Tous les deux sont de célèbres mannequins dans la région et Ari, quant à elle, chante en solo et rêve qu’on la remarque, ce que je lui souhaite, vu qu’elle a une voix magnifique. On bavarde de tout, et surtout de mes nombreux voyages jusqu’à ce que je cherche à en savoir plus sur la résidence.

    - Bien JJ, j’espère que tu ne croiseras jamais le vieux Roger du 1A, c’est un vieux pervers emmerdant ! 

    - C’est lui qui écoute sa télé à fond ? 

    - C’est bien ça ! Je te conseille même de descendre à la buanderie très tard le soir pour éviter de tomber sur lui, c’est un cas…

    - Merci pour le tuyau ! 

    L’heure a tourné plus vite que je ne le pensais, je regarde mon portable, il est déjà 23h30, je me lève pour quitter le joyeux petit trio.

    - Merci beaucoup pour cette charmante soirée, j’en avais vraiment besoin ! À la prochaine ! 

    Arizona me serre dans ses bras et je check Argawaen et Xélina. Je remonte les escaliers en fredonnant, je suis dans mes pensées. Je percute avec l’épaule une masse noire de la tête au pied.

    Chapitre 1

    - Pardon !

    Cette silhouette est grande et musclée et cache son visage sous une capuche. Il s’arrête une demi-seconde sans me regarder, ne dit rien et dévale les escaliers en trombe. Sympa le voisin ! 

    Je rentre dans l’appartement, tout est dans le noir, j’allume la lumière et la chambre de ma grand-mère s’ouvre.

    - Désolée Nana, je ne voulais pas te réveiller.

    - Je ne dormais pas, j’attendais que tu rentres.

    - Tu n’aurais pas dû ! Je viens de remontrer de chez Arizona, je suis tombée sur ton agréable voisin !

    - Quel voisin Lilie ? 

    - Ben celui du 3A !

    - Personne n’habite au 3A depuis plus de 6 mois !

    Chapitre 1

    Nous nous toisons l’espace d’un instant, je hausse les épaules.

    - Retourne te coucher Nana, il est tard !

    Elle embrasse doucement mon front avant de retourner dans son lit. J’éteins le salon et me dirige vers ma chambre. 

    Quel genre de personne aménage au beau milieu de la semaine en pleine nuit ? Je n’ai pas rêvé, je suis certaine qu’il sortait du 3A. Ce type est plus que bizarre et ne m’inspire pas du tout confiance. 


     

    Pin It

    14 commentaires

  • Vendredi 1er Février

    Voilà une semaine que je parcours les quartiers alentours à la recherche de Shane, mais rien, pas une seule piste, personne n’a rien vu, rien entendu, mon frère est-il si invisible que ça ? Je continue tout de même à marcher, malgré le froid, la nuit qui tombe et la déception. J’arrive à l’angle d’une rue où trône un petit bar, une pancarte « cherche serveuse » est collée sur la porte d’entrée. 

    Rien de mieux qu’une barmaid pour récolter des infos, les gens ont tendance à parler une fois imbibés. Je pousse la porte, peu de personne sont présentes, mais il est encore un peu tôt. 

    - Bonjour ! 

    - Vous venez pour le job ?

    - Euh ouai !

    - Vous êtes engagé ! 

    - D’accord !

    Chapitre 2

    Je n’ai jamais eu un job aussi vite de ma vie, on dirait bien que le proprio galère depuis longtemps pour trouver une serveuse, je me demande si je ne devrais pas avoir peur.

    - Revenez à 21h ! Et soyez à l’heure !

    Je sors du bar et retourne directement à mon immeuble. Le froid s’engouffre sous mon manteau, je le ressers contre mon corps et marche tête baissée. Je grimpe les escaliers deux par deux, j’arrive très vite à mon étage, je passe devant la porte du 3A, c’est silencieux, mais je suis certaine que je l’ai vu sortir d’ici, cependant, je ne l’ai pas revu depuis. 

    Je m’avance sur la pointe des pieds et colle mon oreille contre la porte, le bruit de ma respiration qui est encore rapide m’empêche de me concentrer, je tente de réguler mon souffle.

    - Je peux t’aider ?

    Je sursaute et manque de mourir de peur. Je me retourne et il est toujours caché sous sa capuche noire.

    Chapitre 2

    - Je… juste j’ai cru entendre un bruit étrange, c’est tout.

    Crédibilité zéro. Il s’avance et je m’écarte, il entre puis claque la porte, ça va, il pourrait se montrer aimable quand même. Je rentre chez Nana, elle regarde un jeu à la télé. Je m’approche et l’embrasse doucement sur le front. 

    Je lui dis que j’ai trouvé un petit boulot de serveuse et comme à son habitude, elle s’inquiète pour moi. Je vais prendre une longue douche avant de retourner au bar.

    J’arrive un peu avant l’heure prévue, j’entre et le patron discute avec un grand brun, ils n’ont pas l’air d’accord. 

    - Tient va enfiler ton uniforme et traîne pas.

    Il me file un tas de vêtements, je sens que je ne vais pas être déçue du voyage. Je souris au brun qui a l’air d’être aussi aimable qu’une porte de prison.

    - Salut, je suis JJ ! J’espère qu’on va s’entendre !

    - Je déteste bosser en équipe, j’suis certain que tu vas me ralentir.

    Chapitre 2

    Et il me laisse planter là comme une imbécile. Non mais quel crétin. Je lève les yeux au ciel avant de m’engouffrer dans l’arrière-boutique et rejoindre les toilettes. Je m’habille, la tenue est bien évidemment sexy, comme si les femmes ne savaient faire que ça, exhiber leur corps pour vendre de l’alcool, j’ai l’impression d’être au moyen-âge, même dans des pays reculés on ne traître pas les femmes comme des objets. 

    Je retrouve mon nouveau collègue et la soirée peut commencer ! Si mon partenaire s’était donné la peine de s’intéresser un tant soit peu à moi, au lieu de me cataloguer d’infirme dès le départ, il saurait que j’ai déjà été serveuse à Selvadorada, boulot exotique, et même parfois dangereux, je connais donc la cadence à tenir. Il est 2h du matin quand le service se termine enfin, le patron est parti depuis belles lurettes déjà et moi, je viens de remettre mes fringues. 

    - Désolé, t’as assuré JJ ! Je m’appelle Hazel ! 

    - J’ai déjà été serveuse, tu le saurais si tu m’avais laissé la chance d’en placer une Hazel !

    Il sourit bêtement en me fixant. Nous marchons vers l’entrée du bar.

    Chapitre 2

    - Toi et moi, on va bien s’entendre ! À demain !

    Je le salue et prends la route pour le bâtiment « Les aubépines », allez savoir pourquoi, il n’y en a même pas aux alentours. Ma nuque me picote légèrement, cette désagréable sensation d’être épiée constamment se fait sentir jusque dans les racines de mes cheveux. 

    Je mentirais si je disais que la peur ne m’envahie pas un peu, j’accélère le pas, un bruit étrange attire mon regard derrière moi, psychose ou réalité, je ne perds pas de temps à me poser la question et je cours jusqu’à la résidence. 

    Je ferme la porte de l’appartement et m’adosse contre, je reprends mon souffle. Le mur tremble légèrement, je suis certaine que le voisin vient lui aussi de rentrer. Il n’est pas en train de me fliquer quand même ? Non, ce serait vraiment trop bizarre, putain les films d’horreurs me montent à la tête. Je file prendre une douche pour me réchauffer et enlever cette odeur infecte qui encombre mes narines. 

    Chapitre 2

     

    Samedi 2 Février

    La moitié de la journée, je l’ai passé sous mes couettes à ronfler et l’autre moitié à regarder des vidéos sur mon téléphone. La nuit est déjà tombée, il faut que je me motive pour aller bosser et pour descendre mettre une machine en route, c’est le soir, je pense donc éviter le vieux pervers du premier.

    Je prends ma douche, m'empare de mon uniforme de serveuse et je descends avec mon panier à linge dans les mains après avoir souhaité une bonne nuit à ma grand-mère.

    Il ne fait pas très chaud dans les couloirs, je pousse la porte de la buanderie avec le dos et allume la lumière, heureusement il n’y a personne. Je mets le linge dans la machine et lance le programme rapide. Je m’assois par terre pour attendre que ça finisse et tout mettre à sécher avant mon départ. 

    C’est cool ici, il n’y a personne, le silence règne, mis à part le bruit du tambour qui tourne dans la machine et l’eau qui s’écoule. Je ne sais pas pourquoi, j’appelle le numéro de mon frère.

     - Le numéro que vous avez composé n’est pas attribué…

    Chapitre 2

    Blablabla, je connais cette phrase par cœur, pourquoi je m’enquiquine encore à faire ça ? Putain comment mon frangin a pu disparaître sans laisser de traces ? Je suis tirée de mes pensées par la sonnerie qui sonne la fin du cycle, je me lève pour tout jeter dans le sèche-linge et filer au bar.

    Il est presque minuit quand le type du fond qui s’envoie des litres de shooters, depuis presque deux heures, décide de passer de « difficilement supportable » à « trou du cul ». C’est la petite tape que je prends sur les fesses qui me fait sortir de mes gonds.

    - Bon ça suffit maintenant !!

    - Doucement, poupée, le client est roi !

    - On est dans un bar ici, pas dans un bordel ! 

    Non mais il se prend pour qui ce connard, je suis rouge de colère quand il se lève. Ses yeux respirent la méchanceté absolue, en temps normal, j’évite les problèmes, surtout avec ce genre d’individu, mais là, ce n’était plus possible. Hazel se dirige vers nous.

    - Un problème JJ ? 

    - Aucun, monsieur allait payer et s’en aller !

    Chapitre 2

    Il ne répond rien, mais me fusille du regard avant de suivre Hazel et de régler ses consommations. Bon débarras. 
    Comme la veille, il est plus de 2h quand nous sortons. Le vent gifle mes joues et le trottoir en béton me glace les pieds.

    - Tu veux que je te raccompagne chez toi ? 

    - Non, merci, ça ira Hazel ! On se voit lundi soir ! 

    Un discret petit signe de la main et il prend le chemin opposé au mien. Je suis épuisée, frigorifiée, je déteste l’hiver. Un bruit retenti derrière moi, je décide qu’il faut que j’arrête de voir le mal partout. Je respire un grand coup et continue d’avancer.

    - J’aime pas trop qu’on me prenne pour un con !

    Sa grosse voix grave me fait rater un battement de cœur, je me retourne et découvre le poivrot du bar. Je lève les yeux au ciel.

    Chapitre 2

    - Encore vous ? Rentrez chez vous, c’est plus l’heure de faire mumuse dehors.

    - Ma jolie, je crois que tu n’as toujours pas compris que je faisais ce qu’il me plaisait !

    Il sourit, malveillant et sors un couteau de derrière lui. Il est complètement fêlé ce connard. Je recule lentement.

    - Vous êtes un grand malade.

    - Tu ferais mieux de courir JJ, si je t’attrape, tu vas crier crois-moi !

    Je ne suis pas loin de la résidence et il est alcoolisé, j’ai de grandes chances de le semer, enfin, c’est ce que je pense en tout cas. Dans quelle merde je me suis encore fourrée ? 


     

     

    Pin It

    16 commentaires

  • Samedi 2 Février (suite)

    Ce malade mental commence à avancer lentement, mais sûrement, attendant le moment où je commencerai à courir comme un petit lapin, parce que la chasse l’excite. Je ne lui donne pas encore ce plaisir et marche à reculons jusqu’à ce qu’il s’arrête et que mon dos heurte un truc dur. 

    Je me retourne à la hâte, je suis plus que surprise, l’homme mystère à la capuche est devant moi, toujours dissimulé sous ce morceau de tissu. La luminosité ambiante ne me permet toujours pas de distinguer les traits de son visage, il reste un parfait inconnu.

    - Tu devrais laisser mademoiselle tranquille Dragorn !

    - Je ne pense pas t’avoir demandé ton avis. 

    Ok, ils vont finir par faire le concours de celui qui fera pipi le plus loin. Typiquement masculin. L’homme à la capuche lui saute dessus et le plaque par terre puis se penche pour lui chuchoter quelque chose à l’oreille. Le fameux Dragorn se relève et finit par détaler comme un lapin, le chasseur chassé ! Un rire nerveux s’échappe de ma bouche.

    Chapitre 3

    - Il n’y a rien de drôle à s’attirer les foudres de ce genre de personne.

    Non mais il va se calmer Tarzan ! À quelle heure il a cru que j’avais besoin de son aide déjà ?

    - J’aurais pu m’en sortir toute seule, je cours très vite, mais merci quand même.

    Je ne perds pas mon temps à bavasser avec un type qui masque son visage et qui se prend pour le maître du monde. Je commence à marcher vers l’immeuble, je pense qu’il me suit, mais lorsque je me retourne, il n’est plus là. Mais putain, c’est qui ce mec ? 

    Je récupère mon linge et je monte me coucher.

     

    Mardi 5 Février

    Ma grand-mère a toujours des trucs à faire, elle est incroyable, je crois qu’elle a plus la bougeotte que moi. Je retrouve encore une petite note sur la table. Je prends les clefs et décide de sortir faire quelques courses. Je fais à peine 500 mètre et j’ai encore l’impression d’être observé, je m’arrête et regarde autour de moi. Les gens continuent leur petite vie sans se préoccuper du reste, je deviens complètement parano ma parole. Je continue mon programme initial avant de retourner servir des cocktails dans ce bar rempli de nases alcoolisés. 

    J’ai ce job depuis cinq jours et une petite routine s’est déjà installée, voilà pourquoi j’aime voyager, je déteste rester longtemps au même endroit. Il est presque 23h quand deux habituées rentrent dans le bar.

    Chapitre 3

    - Faudra que tu me présentes à tes copines JJ ! 

    - Débrouille-toi comme un grand Hazel ! 

    Il rit pendant qu’Olympe et Calypso s’asseyent en face de moi. Toujours aussi pimpantes.

    - Salut les filles ! Toujours la même chose ?

    - Salut JJ ! Ouep ! Toujours pas de nouvelles de ton frère ? 

    Je suis étonnée, je leur ai posé la question, comme à tous les clients de ce bar, je crois, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elles s’en souviennent, je suis touchée. 

    - Non, malheureusement, toujours aucune. 

    Chapitre 3

    Je leur sers leur boisson et continue ma tournée. J’ai les pieds en compote, la tête en vrac, ma seule envie étant de rentrer chez moi et me jeter dans le lit. Encore une soirée ou personne n’a reconnu la tête de Shane.

     

    Vendredi 8 Février

    Jour de lessive, comme me l’a recommandé Arizona, j’y vais le soir, avant d’aller taffer. Écouteurs en place, petit chorée improvisé, je pousse la porte avec le dos.

    - Putain !

    Mon cœur sursaute de peur. Combien de fois depuis que je suis revenue, ai-je failli mourir d’une crise cardiaque ? Beaucoup trop à mon goût ! Je retire mes écouteurs.

    L’enquiquineur du 3A fait aussi sa lessive, alors que j’ai failli crever lui n’a presque pas réagit à mon interjection. 

    - Salut !

    Chapitre 3

    Pas de réponse ! Mais va donc te faire foutre ! Ok, ça, je le garde pour moi !! Je m’approche et mets mes fringues dans la machine en vitesse. Monsieur anonyme se baisse et remonte au niveau de mes yeux mon string. Oh putain de merde, la honte. Je vire à l’écarlate avant de voler de ses doigts le sous-vêtement. 

    - Ouai ben quoi, t’as jamais vu un string, faut bien s’habiller ! 

    Il rit. Il vient de rire. Mon dieu, il a un rire hyper grave, j’ai les oreilles en feu, fichu coup de chaud. 

    - Merde alors, j’aurais juré que t’étais vraiment coincé !

    Je ferme la machine, lance le programme rapide et Monsieur A. n’a pas l’air d’avoir apprécié ma petite remarque quand ma joue embrasse le hublot.

    - Ne t’en fais pas pour moi, je suis loin d’être coincé JJ !

    Comment ce bouffon connaît mon prénom alors que lui est toujours une énigme pour moi ? Déboule comme une tornade Ari. Il me lâche.

    Chapitre 3

    - Oh ! Désolée ! Je suis Arizona et tu es ?

    - Pas intéressé.

    Quel manque de délicatesse. Arizona reste stupéfaite par cette langue de vipère qui s’échappe de la buanderie.

    - Ne fais pas attention, c’est le voisin ! Un connard ! 

    - Vous aviez pourtant l’air proche ? 

    - Il a juste pété un plomb ! Ça va toi ? 

    - Mouai ! Oui, je viens chercher mon linge sec ! 

    - D’accord ! Je te laisse, je suis en retard, il faut encore que je me prépare ! 

    Chapitre 3

    On se salue et je remonte me doucher et me changer avant de revenir pour mettre ma machine à sécher. 

    Hazel ferme le bar et me salue comme les autres soirs, je commence à marcher tranquillement quand cette mauvaise sensation d’être épiée se fait sentir de nouveau. J’entends du bruit derrière moi, mais j’ai trop peur pour me retourner. Je commence à accélérer le pas quand mon corps est attiré brutalement dans un coin sombre.

    Yeux fermés, je m’apprête à hurler, mais une main puissante se pose sur ma bouche. Je ne me laisse pas faire et gesticule dans tous les sens jusqu’à ce que je sente des lèvres se poser doucement sur les miennes. J’ouvre les yeux et reconnais Monsieur A. Le baiser est rapide, impromptu et me fait cesser toute hostilité, l’espace d’un court instant.

    - Ça va pas bien dans ta tête, de quel droit oses-tu m’embrasser ?

    - C’est bon n’en fait pas tout un plat, je voulais juste que tu te calmes. Tu vois ces deux types là-bas ? Il n’aurait fait qu’une bouchée de pain de toi, estime-toi heureuse que je sois là.

    - Comme par hasard, tu veux dire ! Tu me fliques ? 

    Chapitre 3

    Il ne répond rien, mais de toute façon, il ne répond jamais.

    - Tu ne veux pas retirer cette stupide capuche que je vois à qui j’ai à faire au moins ?

    - C’est bien plus excitant de laisser planer le mystère !

    - Ce n’est pas du tout excitant et c’est même impoli et prétentieux de…

    - Chut ! Ils viennent par là.

    - Chut ? À quelle heure tu me dis chut, je t’ai rien dem

    Sa bouche fond sur la mienne, elle est rugueuse à un endroit comme si une cicatrice était là. Sa langue est prête à jouer avec la mienne et il a foutrement raison, ne pas savoir à quoi il ressemble rend la chose beaucoup plus excitante. Guider par la fatigue et la chaleur de son corps, je laisse ma bouche s’ouvrir pour qu’il approfondisse ce baiser. 

    Chapitre 3

    Quand était-ce la dernière fois que j’ai embrassé un garçon de cette façon ? Au moins des mois. Il s’arrête brutalement alors que j’y prends goût.

    - C’est bon, ils sont partis, rentrons.

    Je ne dis rien, je suis totalement pétrifiée, ce mec que je connais ni d’Eve ni d’Adam vient de me peloter contre un mur. Ma dignité vient donc de partir en fumée. Il va me prendre pour une fille facile, qu’il peut manipuler à sa guise, mais je ne suis pas comme ça, merde.

    De fil en aiguille dans mes pensées je ne me rends même pas compte que nous marchons. Nous venons d’arriver devant l’immeuble et je continue de le suivre machinalement. Une fois à notre étage, je me réveille.

    - Si tu ne veux pas retirer cette capuche, dis-moi ton nom au moins !

    Chapitre 3

    Il s’immobilise quelques secondes quand je pense qu’il va enfin me répondre.

    - C’est pas l’heure !

    Et il rentre chez lui, me laissant là sur le palier comme une godiche, et putain avec ces conneries, j’ai oublié de récupérer mon linge, je suis bonne pour redescendre.


     

    Pin It

    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires